Document sans nom
Abonnement gratuit au Webzine

Afin d’être informé à chaque parution du nouveau numéro Fil Pilote, veuillez renseigner votre adresse e-mail .

Vos coordonnées
Inscrivez votre adresse email
Indiquez votre civilité
Nom
Prénom
Code postal
Infos complémentaires
Indiquez votre profil
Votre activité
Autre activité
Partenaire
HEADER
Sommaire > dÉcryptage

Retour
dÉcryptage

Objets connectés, domotique ou maison connectée ?

© Thinkstock

Où commence le périmètre de l’un, où se termine l’usage de l’autre ? Depuis quelques années, les objets connectés sont apparus dans notre quotidien, sans qu’il soit pour autant aisé de comprendre s’ils s’apparentent ou non à la domotique.
L’expression "Objets connectés" désigne l’Internet des Objets ("Internet of Things", IoT). Il s’agit d’objets connectés à Internet dont le but est de rendre des services à leur utilisateur dans des domaines variés : santé, déplacements, loisirs, mais aussi équipement de la maison...
Selon les objets, ils peuvent émettre de l’information, recevoir des commandes, déclencher une action.

Le premier objet connecté a été créé en 2003 : il s’agissait d’une lampe Wi-Fi composée de leds qui proposait une alerte sur la météo, la bourse et la pollution. À l’époque, elle s’était vendue à une cinquantaine d’exemplaires. À titre de comparaison, 640 000 montres connectées ont été vendues en 2014.

Tous secteurs confondus, le marché potentiel est colossal : 2 milliards d’objets connectés devraient être vendus en France entre 2015 et 2020. À court terme, ils ne seront plus réservés à un monde fermé mais vont entrer naturellement dans le quotidien de chacun. On estime que 30 objets connectés équiperont chaque foyer en 2020(1).

Domotique et Internet des Objets seront à terme complémentaires pour parvenir à l’avènement de la "maison connectée". Sur un marché de l’équipement de la maison estimé à 13,4 milliards d’euros en 2014, les objets connectés ont généré 2,9 milliards d’euros, en croissance de 16 % en un an (principalement l’électronique de loisirs)(1).

L’usage des données collectées par ces produits représente un enjeu économique et sécuritaire. La Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL) aura un avis pertinent sur l’utilisation de ces données par les fournisseurs d’accès, pour protéger l’utilisateur dans sa vie privée.

Les 3 points-clés

1

Un équipement domotique n’est pas nécessairement un objet connecté. Les tâches effectuées par les installations de domotique sont coordonnées entre elles par un acte de programmation, qui n’implique pas obligatoirement leur connexion à Internet.



2

Les objets connectés sont mobiles par vocation. Ils restent connectables, que ce soit dans ou en dehors du domicile (musique qui s'écoute partout, chaussures qui mesurent la distance parcourue, montre qui enregistre les battements du cœur...). Si la domotique peut proposer des commandes et contrôles à distance, sa vocation est d’agir uniquement sur le domicile et ses éventuelles dépendances.



3

Certains objets connectés peuvent être reliés à la domotique. En s’intégrant dans un habitat connecté, ils peuvent alors se lier à des applications "domotiques", partager des données utiles et pertinentes, créant ainsi un "écosystème" performant.



(1) « Biens techniques et objets connectés : bilan 2014 et perspectives », GfK Consumer Choice France - 29 janvier 2015.


HEADER