Document sans nom
Abonnement gratuit au Webzine

Afin d’être informé à chaque parution du nouveau numéro Fil Pilote, veuillez renseigner votre adresse e-mail .

Vos coordonnées
Inscrivez votre adresse email
Indiquez votre civilité
Nom
Prénom
Code postal
Infos complémentaires
Indiquez votre profil
Votre activité
Autre activité
Partenaire
HEADER
Sommaire> la technique et vous

Retour
la Technique et vous
Climatisation, rafraîchissement,
solutions anti-intrusion

Les solutions électriques pour le confort
en été

L’été est presque là… et avec lui, le besoin de protéger son logement, non seulement de la chaleur, mais aussi des intrusions. Les solutions électriques apportent des réponses en termes de rafraîchissement et de sécurité.

En matière de température, le confort thermique d’été est aussi important que le confort d’hiver. Il définit les paramètres sur lesquels les occupants d’un logement peuvent intervenir pour réduire l’incommodité due à une chaleur excessive.
Plusieurs solutions techniques permettent de climatiser ou rafraîchir le logement :


Les solutions de climatisation


En cas de température extérieure élevée, les climatiseurs permettent de refroidir une ou plusieurs pièces du logement, en définissant une température de consigne. Ils se déclinent en deux familles :

• les systèmes individuels monosplits ;

• les systèmes centralisés, qui climatisent plusieurs pièces d’un logement. Ils sont composés pour la plupart d’une pompe à chaleur air/air ou air/eau réversible. La pompe à chaleur peut être reliée au sein du logement à un plancher chauffant/rafraîchissant (PAC air/eau), à un réseau de gaines de distribution (PAC air/air) ou à des émetteurs dans chaque pièce (PAC air/air multi-splits).

Points importants :
- Réversible, ce système permet d’avoir un générateur unique et économique pour le chauffage et le refroidissement au sein du logement. En hiver, il puise les calories dans l’air extérieur pour chauffer le logement ; en été, c’est l’inverse : il puise les calories dans le logement pour les rejeter vers l’extérieur.
- La PAC air/air mise en œuvre dans les règles de l’art, offre toutes les garanties de performance et de satisfaction. Son fonctionnement permet de s’adapter au taux d’humidité ambiant nécessaire. Il est recommandé de faire appel à un installateur Qualipac pour veiller au bon dimensionnement et à la bonne installation de l’équipement.
- Par ailleurs, les PAC air/air sont certifiées Eurovent, ce qui garantit leur performance énergétique. Pour les PAC air/eau, il est recommandé de conseiller à son client un produit certifié NF PAC, qui offre les même garanties.

© Atlantic

Les solutions de rafraîchissement


Sans générateur, ces solutions alternatives à la climatisation permettent de limiter l’échauffement du logement en évitant à la chaleur de rentrer ou en utilisant la fraîcheur nocturne ou celle du sous-sol.

• Les protections mobiles sur les menuiseries (volets roulants ou battants, persiennes, stores) permettent de réduire les apports solaires directs et indirects, en particulier les protections extérieures (réduction des apports solaires de 80 à 95 %). Elles peuvent être motorisées et automatisées pour limiter les apports solaires le jour (réduction de la température intérieure pouvant aller jusqu’à 9 °C), tout en favorisant le renouvellement d’air la nuit.

• La ventilation double flux couplée à un puits canadien ou provençal permet de rafraîchir l’air insufflé dans le logement en été et de préchauffer l’air en hiver, en le faisant circuler dans un conduit enterré à environ 1,5 m de profondeur dans le sol. La température du sol à cette profondeur varie entre, environ 10°C en hiver et 17°C en été.
Pour que cette installation soit efficace, le groupe de ventilation doit être équipé d’un système de by-pass (une prise d’air directe vers l’extérieur) permettant de ne pas récupérer les calories – et donc la chaleur – présentes dans le logement.

Points importants
- Un puits canadien ou provençal permet de réaliser des économies d’énergie et d’obtenir plus de confort.
- Cette solution nécessite de disposer d’un terrain assez vaste pour pouvoir y placer la gaine, ainsi que d’importants travaux de terrassement.
- La mise en œuvre et le dimensionnement doivent être effectués avec beaucoup de soin pour assurer l’efficacité du système et la bonne qualité d’air intérieur.

• La sur-ventilation nocturne consiste à faire circuler l’air dans le logement aux périodes les plus fraiches pour abaisser sa température en refroidissant les murs, les plafonds et les planchers qui ont emmagasiné de la chaleur pendant la journée. Elle a une influence de 2 à 5°C sur la température de la maison en été. La sur-ventilation nocturne peut être réalisée via la VMC, programmée pour augmenter son débit d’air la nuit, ou en ouvrant les fenêtres du logement. Elle sera plus efficace si l’inertie du bâtiment est importante, c'est-à-dire sa capacité à stocker de la fraîcheur la nuit pour la restituer le jour.

D'autres solutions non-électriques existent pour le rafraîchissement
• Les protections solaires fixes sur la façade sud du bâtiment (débords de toit, pare-soleil, auvents, balcons) permettent de limiter les apports solaires directs. Il convient de bien dimensionner et orienter ces protections, l’objectif étant de permettre les apports solaires en hiver pour chauffer le logement, et de les limiter en été pour éviter la surchauffe du logement.

• Les vitrages avec un facteur solaire (SW) faible ne transmettront que faiblement la chaleur liée aux apports solaires à l’intérieur du logement. Ce faible facteur solaire est particulièrement intéressant pour les vitrages fortement exposés tels que les fenêtres de toit ou les vitrages ne pouvant bénéficier d’une protection mobile ou fixe.

Les solutions anti-intrusion


Plus d’un million de vols ou tentatives de vols ont eu lieu dans les résidences en 2013(1), dont 600 000 cambriolages et tentatives de cambriolages. La période estivale reste le moment privilégié des cambrioleurs pour s’introduire dans un logement. Le moment est propice, avant l’été, pour convaincre vos clients de s’équiper d’un système de simulation de présence ou d’alarme, sources de tranquillité pour eux et de rentabilité pour votre entreprise.
La simulation de présence permet, grâce à une installation domotique, de donner vie à la maison en l’absence des occupants (mouvement de volets roulants, allumage de lumière, mise en route de musique…) et ainsi de dissuader une tentative d’intrusion.
L’alarme anti-intrusion est conçue, elle, pour dissuader un intrus d’entrer dans un lieu et pour protéger les personnes et les biens contre des agressions potentielles. Une offre diversifiée est présente sur le marché. Les solutions sans fil sont de plus en plus développées. Faciles d’installation, elles relient entre eux les différents produits du système d’alarme par transmission radio. Les solutions filaires sont plus techniques et plus complexes à installer en raison des saignées nécessaires et des câbles à tirer entre chaque matériel. Elles sont mieux adaptées au neuf et aux rénovations lourdes.

Les dernières innovations
Ces dernières années, le marché a évolué pour simplifier l’ergonomie des appareils afin de rendre les organes de commande plus faciles pour l’utilisateur. Ils intègrent désormais des retours d’état du système par voyant lumineux, ou confirment sur la télécommande que la centrale a bien reçu et exécuté l’ordre demandé. Les claviers des centrales ont également été améliorés, en apportant parfois des solutions tactiles.
Parmi les autres évolutions récentes, les systèmes de détection extérieure ont le vent en poupe. Dans un tiers des cas, le cambrioleur entre dans le logement en présence des occupants. Les systèmes de détection extérieure des intrus, comme les barrières infrarouges, s’installent sur la façade d’une maison, près de la porte d’entrée, et distinguent les animaux des êtres humains. La tentative d’approche génère une pré-alarme qui déclenche une sirène, voire un éclairage d’asservissement ou une transmission à un centre de télésurveillance.
La vidéosurveillance est également en plein essor. Une caméra est intégrée au détecteur de certains systèmes. Une série de photos ou un film sont réalisés lors de la tentative d’intrusion et peuvent être reçus à distance sur un smartphone via un transmetteur. Ce système est encore assez récent dans les réseaux de distribution de matériel électrique.
L’alerte sur smartphone connaît également une popularité croissante grâce aux systèmes d’alarmes GSM, qui intègrent une carte SIM. Plusieurs numéros pré-enregistrés peuvent ainsi être appelés ou recevoir des SMS en cas de déclenchement de l’alarme. À l’inverse, l’utilisateur peut piloter son alarme à distance depuis son smartphone. Les alarmes GSM présentent l’avantage de fonctionner en cas de coupure d’alimentation électrique ou de perte de connexion Internet. Une centrale GSM peut également être reliée à un centre de télésurveillance via un transmetteur numérique.
La centrale d’alarme peut en outre être reliée à des détecteurs techniques pour alerter les propriétaires ou une centrale de télésurveillance, en cas de début d’incendie, par exemple, ou lors d’une coupure électrique prolongée.


(1) Source : Les atteintes aux biens d’après les enquêtes « Cadre de vie et sécurité » de 2006 à 2013, Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales.

© Hager

Alarmes : conseils à l’installateur

• N’hésitez pas à proposer à vos clients de s’équiper d’une alarme à l’occasion d‘une visite pour un autre travail. Levez leurs réticences car les systèmes sont aujourd’hui fiables et ne se déclenchent plus intempestivement.
• Identifiez leurs besoins : veulent-ils utiliser l’alarme lorsqu’ils sont présents ou absents ? Souhaitent-ils protéger tout le logement ou une partie seulement, le garage et le rez-de-chaussée ou les étages également ?
• Conseillez vos clients sur les critères de qualité qui répondent à leurs besoins :

- un produit certifié NF A2P, sécurisé (pas de risque de piratage si on l’utilise à distance),
- un système simple à utiliser,

♦  qui fait la distinction entre les animaux et les êtres humains,
♦  qui soit évolutif, par exemple si les enfants quittent la maison ou si elle s’agrandit,
♦ compatible avec d’autres systèmes domotiques du logement, tel que le pilotage de l’éclairage ou des volets roulants dans le cadre par exemple d’une simulation de présence.

© Hager

Rafraîchir n’est pas climatiser

Le rafraîchissement consiste à abaisser la température de quelques degrés sans température de consigne. La climatisation, elle, permet de refroidir un logement de manière artificielle avec une température de consigne que le système va atteindre. Elle permettra donc de refroidir le logement plus fortement.

© Thinkstock

HEADER